Putter jusqu’au trou

balledegolf

la balle rentre dans le trou

Rentrer la balle de golf dans le trou, sur un green qui roule, tant bien que mal, avec des pentes parfois même tarabiscotées selon l’emplacement du drapeau, encore un sacré défi à la fin de chaque trou.

Une astuce toute simple peut vous permettre d’y parvenir plus souvent.

Essayez et adoptez votre propre attitude.

Les questions qui vous inondent la tête

Combien vais-je faire de putts ?

Oui, autant vous tracasser tout de suite, ça va sûrement vous aider, vous mettre en confiance !

Si, par exemple, vous choisissez de faire trois putts, il y a quelques chances pour que vous y arriviez, voire plus. C’est de la programmation intérieure, neuro-linguistique comme ils disent : vous choisissez ce qui peut vous arriver de pire, « mettre la balle dans l’eau », « finir dans un obstacle », « rater le putt », c’est tout pareil, il suffit de penser à quelque chose de précis pour que votre cerveau se place dans cette logique. Le plus drôle c’est quand vous lui dites ça, en souhaitant lui dire le contraire. Vous avez remarqué que bien souvent vous utilisez le « pas » : « pas dans le bunker », « pas à droite, dans les arbres ». C’est bizarre, mais ça marche tellement souvent : vous lui demandez d’éviter quelque chose et hop il y va direct au contraire de l’éviter.

Le golf c’est compliqué, mais pas que le golf d’ailleurs. Votre cerveau va souvent au plus efficace, il se met à votre service et essaye de réaliser ce qu’il comprend de ce que vous souhaitez. Mais les trucs alambiqués, il s’y perd souvent. Faire le contraire de ce que vous exposez, c’est compliqué. Essayez d’éviter, VOUS d’abord, les négations. Par exemple, remplacez « pas court » par « assez long », essayez d’évoquer l’emplacement que vous voulez atteindre plutôt que l’endroit qui vous inquiète.

Mettez vous en confiance en choisissant les bonnes cibles et mettez aussi votre cerveau en confiance. Vous êtes bien plus à l’aise en visant les bons emplacements plutôt qu’en craignant d’atteindre ceux qui ne conviennent pas.

Mais revenons à nos moutons.

Quelle est la bonne direction ?

Oups, ça c’est une question tordue, ou plus précisément c’est une partie de question à laquelle vous ne pouvez pas répondre directement. Il va vous falloir résoudre une équation à au moins deux inconnues : la direction et la vitesse.

Vous aurez à apprendre à lire les lignes, à croire en ce que vous avez vu de l’autre côté du trou avant de putter à l’emplacement de la balle, car souvenez-vous la balle subit le plus l’effet de la pente à petite vitesse, en arrivant dans le trou.

Mais il y a d’autres paramètres, dont notamment la vitesse de roulement du green selon sa préparation, et aussi la force du vent….

Mais je vous en ai déjà parlé, retournez voir comment Croire en sa ligne de putt

Quelle est la bonne vitesse ?

C’est la deuxième partie de l’équation. Oui, oui, mais pas si simple à faire qu’à dire.

Si vous ne l’avez pas encore fait, amusez vous sur un green avec quelques pentes à lancer une balle, à la main, avec différentes vitesses, et en adaptant la direction. Regardez bien les trajectoires, voyez la balle rouler plus ou moins vite et les trajectoires s’incurver selon vos différents lancers. Engrangez les sensations, les observations, emplissez votre magasin des connaissances ainsi acquises. Vous pourrez retrouver aux moments voulus des repères précieux.

Puttez comme vous le souhaitez

Ce que vous souhaitez

Rentrer la balle dans le trou, sans doute, j’imagine, quoi que ! Le voulez-vous vraiment ? C’est bien ça dont vous avez envie à ce moment précis ? Vous êtes uniquement concentré là dessus ?

Oui, pour rentrer il faut d’abord y croire, vous mettre en bonne disposition pour le faire.

Comment faire ?

Jusqu'au trou

toujours s’encourager

Juste à répéter ce que vous avez déjà travaillé, répété, exécuté à maintes reprises. Votre corps a tout enregistré, il sait le faire, encouragez le.

Ah oui, c’est là le moment : « pas court ». C’est vrai, pour vous donner une chance de rentrer c’est bien de ne pas s’arrêter avant le trou. Mais la peur est souvent grande de dépasser par trop, surtout en descente. Alors, quelles sont vos statistiques personnelles, combien de fois vous arrêtez vous avant le trou ?

Bon, ce que je vois dans cette commande particulière « pas court » : je vois un élément négatif « pas », il me semble superflu, il me semble perturbant. Je n’y vois pas d’encouragement, plutôt une interdiction, comme une injonction qui risque fort de crisper le bon vouloir. Je préférerais une formule positive, bienveillante.

J’y vois aussi « court ». ça c’est clair, court c’est court, le cerveau peut vous faire ça facilement, et vous voyez qu’il vous obéit puisqu’il le fait.

Je préférerais « assez long ».

En fait, ma formule est différente. Je sais que pour rentrer le putt je dois aller jusqu’à l’emplacement où se trouve le trou. Alors j’encourage mon cerveau à aller jusqu’au trou. Ma cible est claire et répétée, c’est bien le trou. J’ai juste à l’atteindre, à aller mourir dedans, à aller .

Alors, c’est ça que je me dis « jusqu’au trou », et je m’encourage aussi « Allez, fais le ». Et parfois ça marche ….

Trouvez votre formule positive

Voilà, j’espère que vous trouvez là dedans des attitudes à expérimenter pour voir ce qui peut vous convenir.

Mais surtout, trouvez votre encouragement personnel, positif et précis, pour vous mettre dans les meilleures dispositions pour rentrer la balle dans le trou.

Le green est un espace de jeu particulier dans ce grand parcours de golf où vous pouvez trouver tout le plaisir que votre état d’esprit y apporte.

Bonne parties à vous, et qui sait, bons scores parfois, mais le résultat reste l’accessoire, la cerise sur le gâteau, l’essentiel c’est bien le parcours et le bonheur d’y passer un bon moment en bonne compagnie.

D’autres développement dans un opuscule que j’ai publié sur le sujet : Rentrer la balle dans le trou

Publié dans Sensation | Laisser un commentaire